vendredi 13 mai 2011

Théodore de Bry, un graveur engagé


Théodore de Bry (Liège en 1528, Francfort le 27 mars 1598) est un humaniste, graveur et éditeur. Il doit sa célébrité à ses descriptions imagées des premières expéditions européennes aux Amériques publiées à Francfort dans la collection dite des Grands Voyages. Protestant, il quitte Strasbourg avant d'être accusé d'hérésie et banni. Il séjourne à Londres entre 1587 et 1588 puis s'installe définitivement à Francfort y devenant bourgeois.

La fin du XVI ème siècle est caractérisée par des différends religieux d’une rare violence opposant les catholiques aux protestants (nombreux dans la noblesse du centre de l'Europe). En plus des conflits militaires, une guerre par l’image se déroule entre les deux camps. Richard Verstegan et Théodore de Bry en sont les principaux protagonistes. En effet, Verstegan dénonce dans l’un de ses ouvrages paru à Anvers en 1587 les multiples horreurs qu’auraient commises les protestants de trois nations: ceux d’Angleterre, des Pays-Bas et de France. En réponse à cette attaque, Théodore de Bry s’érige en défenseur du monde protestant publiant dès 1590 le premier volume des Grands Voyages. Il déplace les guerres de religion européenne sur la scène exotique du Nouveau Monde américain, représentant les Indiens d’Amérique soumis par les Espagnols, catholiques.

Cette gravure de Théodore de Bry, datée de 1594 (plus d'un siècle après la découverte de Christophe Colomb) décrit la violence de l’arrivée des occidentaux en Amérique, armés, protégés par des armures face aux Indiens représentés nus ou presque et totalement désarmés. On remarque également la présence d’une flotte derrière C. Colomb faisant fuir des Indiens à l’arrière plan. Théodore de Bry dénonce l’arrivée brutale des Occidentaux qui font ici une démonstration de force alors qu'ils sont reçus avec de nombreux cadeaux d'or. Ces envahisseurs sont représentés avec une absence totale de modestie et même une certaine sévérité et arrogance qu’oppose l'humanité incarnée par les Indiens. Théodore de Bry dénonce également la conversion de force au catholicisme comme le suggère la croix plantée par les Européens comme pour montrer la nouvelle appartenance de ces terres à l’Eglise catholique.

S.K, J-L.L, S.M (élèves de Seconde 8)

8 commentaires: